Apprendre une langue

A

Je me doutais bien qu’un jour tu viendrais me voir pour parler de la façon d’apprendre une langue !
Tu te souviens de Sarah ? Laisse-moi te raconter une histoire qui va peut-être t’inspirer. Il y a quelques temps, j’ai rencontré Sarah dans la rue. Elle était très excitée car elle venait d’apprendre qu’elle allait partir en Italie dans 4 mois pour son travail. Elle était surtout très inquiète car elle ne parlait pas une bille d’italien et qu’elle ne savait pas comment l’apprendre sachant que sa boîte ne pouvait lui offrir qu’un cours par semaine. Pour la rassurer je lui ai donné l’exemple de quelques personnes qui avait appris des langues en moins de temps que ça et je lui ai dit de se renseigner sur la méthode que Tim Ferriss expose dans son livre “The four hour chef”. Une méthode qui, comme à l’habitude de l’auteur, est basée à 100% sur un maximum de résultats pour un minimum d’effort. Nous nous sommes quittés là-dessus mais elle a continué à me donner des nouvelles. Après avoir regardé l’épisode sur l’apprentissage des langues de la série “Tim Ferriss experiment”, elle s’est mise à appliquer au mieux ses enseignements. Dans un premier temps, Sarah n’étant pas du genre à suivre une seule source d’information, elle a abordé plusieurs autres méthodes et a fini par mettre en place son propre plan d’apprentissage de la langue. Elle a aussi pris le temps d’étudier l’apprentissage des langues comme discipline à part entière comme le propose la chaine youtube : Le monde des langues.

Elle avait déjà un objectif : parler un italien suffisant pour voyager 4 mois plus tard. Dans ton cas tu devras déterminer ton objectif mais pour te mettre une pression suffisante tu devrais dès aujourd’hui acheter un billet d’avion !

Sarah a suivi un principe recommandé chez beaucoup d’experts en apprentissage des langues : s’exposer un maximum à la langue. Films et séries sous-titrés, podcasts et musiques dans la voiture ou au travail, tout était bon pour entendre de l’italien. Elle ne l’étudiait pas 100% du temps, elle était simplement en contact avec la langue et son cerveau faisait le reste. En plus de cet apprentissage passif, elle avait bien compris qu’il lui fallait apprendre les bases de la langue. Pour cela, elle avait son cours par semaine mais elle ne s’arrêta pas là, elle décida d’installer des applications sur son téléphone et d’introduire dans ses routines journalières des moments pour étudier petit à petit. Elle m’a fait une apologie de l’application Duolingo, permettant à travers des systèmes ludiques d’apprendre un grand nombre de langues, excellente pour acquérir du vocabulaire et s’initier à la conjugaison. Pour compléter, elle avait installé L’italien facile de l’éditeur Symia Solution, une application à base de flash card pour apprendre les phrases les plus utilisées de la langue. L’éditeur a décliné son application en plusieurs autres langues, tu trouveras sûrement la tienne. Je t’ai parlé de son blog ? Suivant les conseils d’Olivier Rolland pour devenir un expert dans un domaine, elle a créé un blog, où elle relate son expérience d’apprentissage “express”. Son but n’était pas forcément de tenir un blog à succès mais de se créer des motivations supplémentaires et de se retrouver à expliquer des concepts. Pourquoi ? Car la meilleure façon d’apprendre est d’enseigner à quelqu’un d’autre et elle le savait.

Sarah était euphorique ! Elle sentait qu’elle apprenait assez rapidement mais surtout que sa méthode d’apprentissage était loin des cours rébarbatifs qu’elle avait suivis sur les bancs de l’école. Pour ajouter un peu de fun à son apprentissage elle a décidé d’aller plus loin dans son exposition à la langue et de sortir de sa zone de confort pour rencontrer des natifs avec qui elle pourrait échanger. Dans un premier temps elle le fit une fois de plus à travers une application : Tandem. Un fonctionnement simple : chacun annonce ce qu’il souhaite apprendre et de quoi il veut parler puis entame des discussions sur des sujets variés dans les langues souhaitées. Elle m’a dit avoir trouvé ça très enrichissant mais un peu trop chronophage et virtuel. Elle a donc cherché un équivalent dans la vie réelle. En quelques minutes elle a trouvé des bars qui proposaient, entre deux happy hours, des rencontres d’échanges linguistiques. Elle demanda à sa copine de l’accompagner et rencontra dans une très bonne ambiance pas mal de personnes parlant italien voulant apprendre le français. Le deal était simple et agréable pour elle : un soir par semaine, un verre à la main, elle échangeait en italien avec ses nouveaux ami(e)s. A ce que je sache ce n’est pas arrivé mais elle aurait pu découvrir la méthode ultime pour apprendre une langue : tomber amoureux. Bref, comme tu t’en doutes, au bout de 4 mois d’activités simples et agréables, elle avait assez de bases en italien pour pouvoir s’épanouir dans son voyage. Tu vois ce qu’il te reste à faire ? Définir ton objectif, comprendre tes motivations and start to learn !

Commenter

Présentation

Un récit qui te veut du bien est un exercice de style d’un passionné de développement personnel. A travers des récits et ses discussions monologuées, comme il les appelle, l’auteur a pour objectif de recommander des médias sous toutes formes (livres, vidéos, articles etc.). Ces recommandations sont destinées à aider le lecteur intéressé par la thématique à trouver des références solides pour commencer ou parfaire son apprentissage. Savoir par où commencer est un atout lorsque l’on souhaite apporter du changement dans sa vie et c’est en cela que ces récits vous veulent du bien.

Articles récents